1e édition: dimanche 31 mai 2009

Pour sa première expérience à l’étranger, le Concours international de plaidoiries pour les Droits de l’Homme s’est tenu le 31 mai 2009 à l’université palestinienne Al-Quds, en Cisjordanie, à quelques kilomètres de Jérusalem.

Les avocats participants – palestiniens, belges et français* - ont eu l’occasion d’échanger de manière concrète sur l’universalité des Droits de l’Homme. Ce concours vise par ailleurs à permettre aux étudiants palestiniens d’avoir une ouverture sur le monde. En effet, le concours consiste à désenclaver, le temps de la manifestation, l’espace universitaire palestinien. Les plaidoiries présentées lors de cette première édition ont abordé différents thèmes tels que les mutilations génitales féminines, les enfants albinos en Afrique, l’expulsion d’un camp de Rroms en banlieue parisienne, les crimes d’honneur, l’éviction d’une tribu bédouine…

La délégation française, conduite par Messieurs Philippe Duron et Alain Tourret, a été reçue par le Consul Général de France, Monsieur Alain Rémy avant de retrouver Sari Nusseibeh, Président de l’Université d’Al-Quds, Mohamed Zahdi Al-Nashashibi, ancien ministre, et le juge Moustapha Al-Qaq, de la Cour Suprême Palestinienne.

* Les avocats en lice pour cette première édition étaient : maître Banna Shougry-Badarne (barreau d’Israël, Palestine), maître Céline Verbrouck (barreau de Bruxelles), maître Guy-Paul Kiele (barreau des Hauts de Seine), maître Jamela Zead (du barreau de Palestine), maître Luna Orikat (du barreau de Palestine), maître Marie-Anne Soubre M’Barki (du barreau du Val d’Oise), maître Miran Arafat-Yaish (du barreau de Palestine), maître Richard Sédillot (du barreau de Rouen) et maître Xavier-Jean Keita (du barreau du Val de Marne).

Maître Jamela Zead fut donc la première lauréate, la lauréate historique par conséquent, de ce concours de Plaidoiries international. Sa plaidoirie intitulée « Balle perdue, destin brisé » a reçu toutes les faveurs du jury.

Ce même jury qui n’est pas resté insensible au sort réservé à « Lina, 22 ans, Suha, 19 ans et Nahed, 16 ans, toutes trois étranglées par leur frère après avoir été accusées par leur famille d’avoir un comportement douteux ». La plaidoirie de Maître Arafat-Yaish pointe ainsi du doigt les foudres ô combien nombreuses de la « justice privée ». Elle le Prix de l’Institut International des Droits de l’Homme et de la Paix.

Plaidoirie de la lauréate 2009, Maître Jamela Zead

Plaidoirie de Maître Miran Arafat